Les ambitions officielles, premières & immédiates de CAMO75 sont les suivantes :
– Pouvoir réunir dans un même & unique lieu, des passionnés,
– Pouvoir offrir un enseignement artistique, technique & culturel complet,
– Fédérer les adhérents autour de projets collectifs (un fait d’arme historique par exemple),
– Participer au rayonnement Associatif local, en proposant des expositions ou événements dédiés au grand public.

Mais CAMO75, c’est bien plus… !!

Nous sommes souvent perçus, en France comme de grands enfants s’amusant avec nos petits engins en plastique. En grande Bretagne, par exemple, la perception est très différente. Les britanniques considèrent un maquettiste comme une personne cultivée, pointue et animée d’une authentique passion.

Notre passion ne consiste pas seulement dans l’assemblage de pièces. Un modèle réduit est le résultat de nombreux paramètres. 

Une maquette c’est souvent la représentation d’un appareil ayant traversé l’Histoire. Le maquettiste devient alors historien. Il fait des recherches historiques et techniques, parfois sur plusieurs années, afin de s’approcher de la réalité. La compréhension de l’Anglais est, bien entendu, importante car la documentation est plus abondante dans cette langue.

Bien entendu un modèle réduit doit être monté. Le maquettiste devient un artisan. C’est un apprentissage de l’utilisation de nombreux outils qu’on retrouve dans divers métiers d’artisanat d’art, de bijouterie, d’horlogerie, de sculpture, de gravure, d’électronique, voire de chirurgie. Le travail d’une miniature apprend la précision du geste. C’est aussi l’apprentissage des techniques de collage et de façonnage des matériaux plastiques, mais aussi bois, métal, résines.

De nos jours l’informatique est omniprésente. Le maquettiste devient infographiste pour pouvoir imprimer ses décalcomanies. Il devient photographe pour prendre en photos ses modèles et les partager sur les forums, blogs et réseaux sociaux. Et avec l’avènement des imprimantes 3D, vient aussi l’apprentissage de la CAO.

Un modèle réduit doit être mis en couleur. Le maquettiste devient un peintre, un graphiste. Il utilise tous types de médias : peinture à l’huile, peinture acrylique, pastel, aquarelle, crayons. Il utilise aussi plusieurs techniques de peinture, le pinceau bien entendu, mais aussi l’aérographe (pistolet à peinture miniature). La recherche historique pousse le maquettiste à trouver la couleur exacte, et il devient alors coloriste.

Pour donner de la vie à ses modèles, et pour susciter une émotion, le maquettiste devient aussi artiste, pour que chaque modèle soit une pièce unique et plus un morceau de plastique coloré.

Voilà tel que nous le ressentons, ce que représente notre passion : un mélange de technique, d’histoire et d’art.

Mais une passion se doit d’être partagée et il nous semble important de la transmettre. Notre association vise aussi à amener les plus jeunes à la pratiquer, car le maquettisme, c’est une école de patience et de précision, mais aussi de partage et d’ouverture d’esprit. 

Finalement, nous ne faisons que représenter la réalité, c’est une école de la vie…..en miniature !

Yan B. – Président du Club CAMO75